ALL YOU NEED IS GLOVE

Coucou les copains !

J'ai une super histoire à vous raconter.
J'vais tenter de la faire courte, mais j'me connais, je m'emballe vite.

N.B.: j'me connais bien. J'me suis emballée.

En gros [SPOILER ALERT] :


Aidez-moi à ramener tout ce matos à Athènes et Thessalonique, sinon ça va être rude de bosser avec un trombone et un bic Batman là-bas.

** UPDATE DE MALADE **
Les gens, vous êtes fantastiques ! Je m'attendais pas à un tel élan d'enthousiasme et de générosité.
B-L-U-F-F-E-E.
Je continue graduellement à augmenter le montant, tout ce qui est en rab nous permet d'acheter des choses sur place : de la nourriture, des médicaments...
Je reçois plein de demandes pour les vêtements :
on recherche surtout pour hommes, et des chaussures 40-44. Mais on prend tout !
Tout ce vous avez comme matos d'école, de jeux, d'écriture, je prends aussi. TOUT, je vous dis!
Vous êtes formidables.

MAIS SI T'AS LE TEMPS DE LIRE : 

Je travaille depuis quelques années dans le milieu hospitalier pédiatrique maintenant.
On a bossé avec tout.

Le gamin de 7 ans qui s'est auto-tatoué FC Barcelone sur le bras.
Le lait d'amande dans le biberon .
Le coca sur les tétines.
Le suppositoire dans l'oreille ("parce que c'est là qu'il a mal!").
La vodka pour désinfecter les biberons.

Mais on a bossé avec du moins marrant-triste. On a bossé avec du triste-triste aussi.
Des perdus, des tout seuls, des isolés dans leur propre famille, des dépouillés de patrie, des abandonnés pour peut-être un mieux, mais certainement pas pour un pire.
On a bossé avec ses familles paumées mais soulagées d'être ensemble, d'enfants traducteurs, dont le rêve européen se cantonne désormais aux institutions sociales.
On a bossé avec les enfants abandonnés devant les hôpitaux. Qui ne parlent pas la langue. Qui ont la trouille parce qu'ils ne comprennent rien. Qui n'ont pas de vêtements propres. Qui vivent nulle part.

Et puis j'ai compris que j'assistais à un nouveau commencement.
Que j'étais témoin d'un spectacle absurde, où la souffrance devenait invisible quand elle venait de l'autre côté de la frontière. Qu'elle avait moins d'importance parce qu'on était un peu trop loin pour être vraiment voisins.
Qu'on rendait ces gens à tout jamais captifs d'une étiquette de "réfugiés", sans savoir ce que ce terme recouvrait exactement. Un terme bien ingrat, quand on sait les épreuves qu'il a fallu traverser pour mériter ce titre.

Alors j'ai compris que ce n'était pas le problème de quelqu'un d'autre.
Ou d'autre part.
Que c'était mon problème aussi.

Alors je me suis secouée, et je suis sortie de cette somnolence confortable. J'en ai eu marre d'être inactive en espérant que quelqu'un d'autre le soit à ma place
Fermer les yeux n'a jamais fait fuir les monstres.

Alors j'ébranle mon inertie et je pars travailler dans un camp de réfugiés en Grèce, avec DocMobile

Heureusement, je suis entourée de belles personnes.
J'ai parlé de ce projet dans l'hôpital dans lequel je travaille, et les différents services ont remué les stocks, secoué les armoires, et retourné les cartons.

Alors j'ai des pansements, des seringues, des cathéters, des tubulures, des aiguilles, des ballons pour ventiler, des sondes pour aspirer, et des gants des gants des gants !
Mes supercollègues de néonatologie m'ont aidé patiemment à trier tout ce matos, à jeter les expirés, à garder l'utile, à ranger efficacement dans les cartons.

Alors j'ai 6 caisses de 15 kilos de matériel médical.



(= 1 caisse )


Puis j'en ai parlé à mes amis, et à des amis d'amis.
Alors j'ai des vêtements, des t-shirts, des chaussures, des shorts, des pampers.
Alors j'ai des bics, du papier, des livres d'image, des lattes, des carnets de dessins et des jeux

Alors j'ai 2 caisses de 15 kilos de fringues.

Alors j'ai 3 caisses de 15 kilos de matériel pour enfants.

Et c'est ça que je veux montrer.
Je ne pense pas que ce sont mes semaines de temps libre là-bas qui vont changer quelque chose. Mais si ce projet permet une telle solidarité (et d'une telle efficacité) autour d'un sujet aussi sensible, alors là, c'est un FUCKING SUCCESS.

Et c'est là où j'aurais peut-être encore besoin d'un coup de pouce.
Il faudrait vraiment pouvoir envoyer tout ça à destination. La destination, c'est Athènes, Thessalonique, Lesbos...
Je prends d'office tout en charge, j'ai pas le choix, je vais pas laisser 11 caisses derrière moi.
Mais vu que ça me revient à plus de 500€, je me demandais si vous vouliez pas m'aider un peu dans ce projet, histoire que je puisse manger autre chose que des pâtes alphabet-ketchup jusqu'en 2019.

Tous les dons seront donc extrêmement bienvenus
De la plus petite somme si toi aussi tu manges des pâtes alphabet, à la dizaine supérieure si tu peux te permettre un steak argentin.
Tu as aussi des vêtements en trop ? Des crayons de couleur ? Des balles magiques ? 
Je prends tout. Je viens de ré-emménager, j'ai FULL caisses chez moi, j'ai même pas peur.

Je vous remercie tous d'être aussi incroyables. 
Je suis rassurée de vivre dans un monde où il y a des gens comme vous.

Tu peux aussi en parler autour de toi.

La route est longue, mais il y a une route, les copains.


LOVE

Virginie

P.S. : au cas où la suite de ces aventures vous intéresse, je me ferai un plaisir de vous faire des updates








 

Donations

 See top
  • Davide Signa 
    • €20 
    • 20 mos
  • Paula Sánchez-Beato Sepúlveda 
    • €5 
    • 37 mos
  • Patricia Bravo Arcicollar 
    • €5 
    • 38 mos
  • Anonymous 
    • €5 
    • 38 mos
  • María Purificación Chivite Navascués 
    • €10 
    • 38 mos
See all

Organizer

Virginie Deseck 
Organizer
Saint-Gilles - Sint-Gillis, Région de Bruxelles-Capitale - Brussels Hoofdstedelijk Gewest
  • #1 fundraising platform

    More people start fundraisers on GoFundMe than on any other platform. Learn more

  • GoFundMe Guarantee

    In the rare case something isn’t right, we will work with you to determine if misuse occurred. Learn more

  • Expert advice, 24/7

    Contact us with your questions and we’ll answer, day or night. Learn more