Help End Canada's Blood Donation Ban

I’m humbly asking you to support my efforts to challenge Canada’s discriminatory blood donation ban.

In 2016, I filed a federal lawsuit against Canadian Blood Services and Health Canada to challenge the blood donation deferral policy affecting queer and trans people. Back then, the blood ban barred both men who have sex with men (MSM) and women who have sex with MSM from donating if they had engaged in sexual activity within the past year. The same policy is also arbitrarily used to prevent trans and non-binary people and specifically trans women, who have not had gender-affirming surgery from donating.

While the policy had been in place for decades, Liberal candidate Justin Trudeau gave me hope during the 2015 election by vowing to eliminate the ban if elected.

He became Prime Minister in 2015, but, by 2016 there was no significant progress made towards ending the ban. So, I filed suit in hopes that the ban might finally be eliminated.

I've experienced the discrimination of the blood ban firsthand.

After Trudeau’s election, I tried to donate blood even though I knew I’d likely be turned away. Standing in line to donate, I removed my rainbow bracelet—perhaps out of fear of the way I may be treated, what might be said to me or the possible stigma I’d face for being gay. But even with blood test results in hand, I was told I couldn’t donate. I would later learn that I couldn’t donate unless I was abstinent for five years from the date I was last intimate with my partner—even though, by then, Former Minister of Health Jane Philpott had announced that the MSM blood donation deferral policy was lowered from five years to one.

Since I filed, the discriminatory MSM deferral period was lowered to three months. While, this was a step in the right direction, it fell short of eliminating the policy. Today, it continues to have the same discriminatory effect as the policy before it.

Although we've made some progress, the Justice Minister David Lametti, has now filed an Application for Judicial Review to dismiss the Canadian Human Rights Commission's Decision to refer the matter to the Canadian Human Rights Tribunal for Inquiry wholly dismissing my Complaint and ordering me to pay costs (—potentially thousands of dollars I can't afford, in addition to rising legal costs).

To put an end to this discriminatory policy "once and for all", as repeatedly promised by the Trudeau government, and defend myself from the Attorney General's Application, I will require experienced counsel, Shakir Rahim and Gregory Ko at Kastner Lam LLP, to defend me against the AG's Application at the Federal Court of Canada. Rahim and Ko will be joining James Hill, HillCowan P.C., assisting me with the federal Canadian Human Rights Tribunal proceedings.

We need to raise as much as $15,000 to pay for rising legal costs. I have already spent more than $5,000 on legal alone and have since retained Kastner Lam LLP.

To help put an end to this archaic and unscientific policy, we need your support. 

Please share and contribute to our Legal Support Fund to help us continue the fight.



Je demande  d’appuyer mes efforts pour contester l’interdiction discriminatoire du don de sang au Canada.

En 2016, j'ai intenté une poursuite fédérale contre la Société canadienne du sang et Santé Canada pour contester la politique de report des dons de sang touchant les personnes queer et trans. À l'époque, l'interdiction du sang interdisait les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et femmes ayant des relations sexuelles avec des HSH de faire un don s'ils s'engageaient dans une activité sexuelle au cours de l'année écoulée. La même politique est également utilisée arbitrairement pour empêcher les personnes trans et non binaires et en particulier les femmes trans, qui n'ont pas subi de chirurgie d'affirmation de genre, de faire un don.

Alors que la politique était en place depuis des décennies, le candidat libéral Justin Trudeau m'a donné de l'espoir lors de l'élection de 2015 en promettant d'éliminer l'interdiction s'il était élu.

Il est devenu Premier Ministre en 2015, mais en 2016, aucun progrès significatif n'a été réalisé pour mettre fin à l'interdiction. J'ai donc intenté une action dans l'espoir que l'interdiction pourrait enfin être éliminée.

J'ai vécu personnellement la discrimination de l'interdiction du sang.

Après l’élection de Trudeau, j’ai essayé de donner du sang même si je savais que j’allais probablement être refusé. Faisant la queue pour faire un don, j'ai enlevé mon bracelet arc-en-ciel - peut-être par peur de la façon dont je serais traité, de ce qu'on pourrait me dire ou de la stigmatisation possible que je ferais face au fait d'être gay. Mais même avec les résultats des tests sanguins en main, on m'a dit que je ne pouvais pas faire de don. J'apprendrais plus tard que je ne pouvais pas faire de don à moins d'avoir été abstinente pendant cinq ans à compter de la date de ma dernière relation intime avec mon partenaire - même si, à ce moment-là, l'ancienne ministre de la Santé Jane Philpott avait annoncé que la politique de raport du don de sang des HSH était abaissé de cinq ans à un.

Depuis que j'ai déposé mon dossier, la période de raport discriminatoire pour les HSH a été ramenée à trois mois. Même s'il s'agissait d'un pas dans la bonne direction, cela n'a pas permis d'éliminer la politique. Aujourd'hui, elle continue d'avoir le même effet discriminatoire que la politique dont elle est saisie.

Bien que nous ayons fait des progrès, le ministre de la Justice David Lametti a maintenant déposé une demande de revue judiciaire pour rejeter la décision de la Commission canadienne des droits de la personne de renvoyer l'affaire devant le Tribunal canadien des droits de la personne pour enquête rejetant totalement ma plainte et m'ordonnant de payer les frais (- des milliers de dollars potentiel que je ne peux pas me permettre, en plus des frais juridiques).

Pour mettre fin à cette politique discriminatoire «une fois pour toutes», comme promis à plusieurs reprises par le gouvernement Trudeau, et me défendre contre la demande du procureur général, j'aurai besoin d'un avocat expérimenté, Shakir Rahim et Gregory Ko de Kastner Lam LLP, pour me défendre contre la requête du vérificateur général à la Cour fédérale du Canada. Rahim et Ko se joindront à James Hill, HillCowan C.P., pour m'aider dans les procédures du Tribunal canadien des droits de la personne fédéral.

Nous devons recueillir jusqu'à 15 000 $ pour payer l'augmentation des frais juridiques. J'ai déjà dépensé plus de
5 000 $ pour les services juridiques seuls et j'ai depuis retenu les services de Kastner Lam LLP.

Pour aider à mettre fin à cette politique archaïque et non scientifique, nous avons besoin de votre soutien.

Veuillez partager et contribuer à notre Fonds de soutien juridique pour nous aider à poursuivre le combat.

Donations

 See top
  • Naomi Freeman  
    • $100 
    • 1 mo
  • Anonymous 
    • $40 
    • 3 mos
  • Lori Scopis 
    • $25 
    • 3 mos
  • Franco Karas 
    • $50 
    • 3 mos
  • Nelly West 
    • $50 
    • 3 mos
See all

Fundraising team (2)

Christopher Karas 
Organizer
Raised $220 from 5 donations
Brampton, ON
Ryot Jey 
Team member
  • #1 fundraising platform

    More people start fundraisers on GoFundMe than on any other platform. Learn more

  • GoFundMe Guarantee

    In the rare case something isn’t right, we will work with you to determine if misuse occurred. Learn more

  • Expert advice, 24/7

    Contact us with your questions and we’ll answer, day or night. Learn more