Plants & Animals take on N.B. Gov't

La version française suit la version anglaise.

Mt. Carleton court case to resume this week

Right to information request from ACOA discredits government statements

In dealing with Aboriginal Peoples, the government must act with “honour and integrity, avoiding even the appearance of sharp dealing,” says the Supreme Court of Canada.  

But, that is not how the New Brunswick government is acting, says Grand Chief Ron Tremblay, one of the applicants seeking a judicial review of a decision made by the New Brunswick government to develop a snowmobile grooming hub at Mount Carleton Provincial Park. 

When first announced, the project consisted of groomers, transforming a hiking trail into a snowmobile trail up the side of Mount Carleton, and two new snowmobile bridges.

“The two new snowmobile bridges are the most essential elements of this project as they tie everything else together,” says Jean Louis Deveau, the other applicant in the judicial review. The project was registered for an Environmental Impact Assessment (EIA) in September 2016.  At that time, government argued the bridges weren’t being considered part of the project.

Yet information recently obtained from the Atlantic Canada Opportunities Agency through the Right to Information and Protection of Privacy Act indicates that the proposal submitted by the applicants for funding from ACOA included a request for money to build the two bridges at the centre of this controversy. And in the contract made between the applicants and ACOA, bridge funding is included.

“We’re being told one thing, only to find out through Right to Information that the opposite is true. The government is clearly not acting with honour and integrity,” says Grand Chief Tremblay.

The court is scheduled to continue hearing this matter on June 13th in Woodstock. A crowdfunding campaign was started in June 2016 to help pay legal fees.

The Parks Act (2014) stipulates a management plan based on a zoning system must be completed prior to any development in Provincial Parks. Mt. Carleton has been zoned but doesn’t have a management plan.

Cour doit poursuivre des audiences dans l’affaire  du parc provincial Mont Carleton cette semaine

Renseignements obtenus de l’APECA déséquilibre les déclarations du gouvernement

Selon la Cour suprême du Canada, le gouvernement doit agir «avec honneur et intégrité, et éviter la moindre apparence de ‘manœuvres malhonnêtes’» dans ses rapports avec les peuples autochtones.

«Pourtant, ce n’est pas comme ça que le gouvernement du Nouveau-Brunswick agit», affirme le Grand Chef Ron Tremblay, un des auteurs de la demande de révision judiciaire dans l’affaire de la décision prise par le gouvernement du Nouveau-Brunswick d’aménager un centre de services pour motoneiges au parc provincial Mont Carleton.

Au moment où ce projet a été annoncé, on y mentionnait des dameuses, la transformation d'un sentier de randonnée en sentier de motoneige sur le mont Carleton et deux nouveaux ponts pour motoneiges.

«Les deux nouveaux ponts pour motoneiges sont les pièces maîtresses de ce projet; c’est ce qui fait le lien avec le reste du projet», affirme Jean Louis Deveau, l’autre demandeur de révision judiciaire.

Une demande d’Étude d’impact sur l’environnement (ÉIE) pour ce projet a été déposée en septembre 2016. A l’époque le gouvernement a soutenu que les ponts n’étaient pas considérés comme faisant partie du projet.

Cependant, des renseignements obtenus récemment de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APÉCA) en vertu de la Loi sur le droit à l’information et la protection des renseignements personnels indiquent que la demande de financement faite à l’APÉCA par la partie requérante incluait des fonds pour construire les deux ponts qui sont au centre de la controverse. Et il est de fait que le financement pour les ponts figure dans le contrat conclu entre les requérants et l’APÉCA.

Le Grand Chef Tremblay conclut qu’ «à la lumière de ces nouveaux renseignements, c’est évident que le gouvernement n’agit pas avec honneur et intégrité».

La cour doit poursuivre les audiences dans cette affaire le 13 juin à Woodstock. Une campagne de financement participatif a été entreprise en juin 2016 pour aider à payer les frais juridiques.

La Loi sur les parcs (2014) stipule qu’avant que l’on puisse procéder à tout développement dans un parc provincial, celui-ci doit être doté d’un plan de gestion basé sur un plan de zonage. Or pour le parc Mont Carleton, il existe un plan de zonage mais pas de plan de gestion.



Funding appeal by the Plants, Swimmers, Flyers, Crawlers, and Four-legged creatures of Mount Carleton Provincial Park

 We are the plants, swimmers, flyers, crawlers, and four-legged creatures of the park, whose ancestors have lived in this part of Wolastokuk (Maliseet homeland) for thousands of years.  Our wish for now is to have a New Brunswick court of law designate this part of Wolastokuk—our homeland—as our sanctuary.

Members of our extended families, the Kci-Putuwosultihtit Wolastoqiyik (Maliseet Grand Council), will bring our case before the court later this month. The Wolastoqewiyik (Maliseet people) have been, and always will be, our protectors. The Grand Chief of the Kci-Putuwosultihtit Wolastoqiyik, Ron Tremblay, will be joined by Jean Louis Deveau, a co-founder of the Friends of Mount Carleton and former manager of the park, who will intervene on our behalf. Our lawyer is Gordon Allen from Dartmouth, Nova Scotia. 

The struggle to preserve our home for All Our Relations by challenging in court the decision to turn our home into a snowmobile hub will take thousands of dollars of the plastic money used by two-legged creatures. The economy of the land, air, and water where we live, however, is based not on plastic money, but on sunlight. So, we don’t have plastic money used by two-leggeds and will need the help of friends like you to win this court challenge.

So, this a special appeal to those of you compassionate two-legged creatures, who understand that we are all interconnected in the circle of life and who are sympathetic to preserving our way of life, here and/or elsewhere in Wolastokuk homeland, to donate your kind of money to help pay for our legal fees in court.


Demande de fonds par les plantes, les créatures aquatiques, ailées, rampantes, et les créatures à quatre pattes du Parc provincial Mont-Carleton

Nous sommes les plantes, les créatures aquatiques, ailées, rampantes ainsi que les créatures à quatre pattes vivant dans ce parc et dont les ancêtres ont vécu dans cette partie du territoire Wolastokuk (malécite) pendant des milliers d’années. Ce que nous voulons, aujourd’hui, c’est qu’un tribunal du Nouveau-Brunswick désigne cette partie de Wolastokuk – notre territoire - comme notre sanctuaire.

Des membres de nos familles élargies, le Kci-Putuwosultihtit Wolastoqiyik (Grand Conseil malécite),  soumettront notre cause au tribunal plus tard ce mois-ci. De tout temps, les Wolastoqewiyik (le peuple malécite) ont été nos protecteurs et ils le seront toujours. Le grand chef du Kci-Putuwosultihtit Wolastoqiyik, Ron Tremblay, accompagné de Jean Louis Deveau, un co-fondateur des Amis du mont Carleton et ancien directeur du parc, interviendra en notre nom. Notre avocat est Gordon Allen de Dartmouth en Nouvelle-Écosse.

Notre lutte pour préserver notre territoire pour toutes nos relations en contestant en cour la décision de transformer nos terres en un centre d’entretien centralisé pour motoneiges va coûter des milliers de dollars de la monnaie qu’utilisent les humains. L’économie de la terre, de l’air et de l’eau où nous habitons ne reposant pas sur le système monétaire des humains mais plutôt sur la lumière du soleil, nous ne disposons pas d’argent.

C’est pourquoi nous avons besoin de l’aide d’amis comme vous pour gagner cette bataille juridique. Nous vous lançons donc un appel à vous, créatures à deux pattes compatissantes, qui comprenez que nous sommes tous étroitement reliés dans le cercle de la vie et qui êtes favorables à la préservation de notre mode de vie ici ou ailleurs sur le territoire Wolastokuk, pour que vous nous aidiez, par vos dons, à défrayer nos frais juridiques.

Donations (0)

  • Renee Davis 
    • $100 
    • 1 mo
  • Louise Comeau 
    • $250 
    • 2 mos
  • Neil MacLean 
    • $100 
    • 3 mos
  • Anonymous 
    • $750 
    • 3 mos
  • Charlotte Campbell 
    • $50 
    • 3 mos
See all

Organizer

Jean-Louis Deveau 
Organizer
Fredericton, NB
  • #1 fundraising platform

    People have raised more money on GoFundMe than anywhere else. Learn more

  • GoFundMe Guarantee

    In the rare case that something isn’t right, we will refund your donation. Learn more

  • Expert advice, 24/7

    Contact us with your questions and we’ll answer, day or night. Learn more