Café Belinda

€980 of €1,000 goal

Raised by 27 people in 29 days

***Version Française (English below)***

Belinda est en gros ma deuxième mère.

Nous nous sommes rencontrées en mars 2017 lorsque j'étais à Bamenda (Nord-Ouest du Cameroun) pour 4 mois afin de mener des recherches. Belinda travaille à l'hôtel-restaurant où mes collègues et moi avons séjournés. Elle est veuve, d'une trentaine d'années avec deux enfants : un fils adolescent scolarisé à Douala, et une fille vivant avec sa sœur à Bamenda. A l'hôtel-restaurant, elle est la femme à tout faire : cuisine, service, ménage, vaisselle, lessive, etc. Elle y travaille 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et y dort aussi. Elle est donc la première éveillée et la dernière endormie. Depuis 6 ans, elle ne perçoit pas de salaire mais les "profits" qu'elle tire de la vente du resto, qui fluctue fortement. Elle dit que dans les meilleurs mois, elle peut gagner 25 000 CFA (38 euros). Malheureusement, le gestionnaire (avide d'argent) fouille souvent dans ces ventes pour payer d'autres factures. Les économies de Belinda ont été volées deux fois, et nous soupçonnons fortement (voir: savons) que cela a été fait par les membres de la famille du gérant qui traînent toujours autour et traitent Belinda comme leur servante. Les économies étaient de 130 000 francs CFA (près de 200 euros) et plus récemment les 40 000 francs CFA (60 euros) qu'elle avait réservés pour payer la scolarité de son fils.

J'ai été témoin de tout cela : la charge de travail, le mauvais traitement, l'injustice.
Pour moi, c'est tout simplement de l'esclavage moderne.

Pourtant, Belinda n'a été qu'une source de joie pour moi, et moi pour elle. Quand je suis arrivée, elle semblait vraiment amère et en colère, mais je n'arrêtais pas de faire des blagues et faire la folle, de m'asseoir dans sa cuisine et de la distraire, et une fois que nous avons commencé à rire... nous ne nous sommes jamais arrêtés ! Nous avons passée la plupart de notre temps ensemble quand je revenais du terrain. Elle m'a nourri matin et soir, s'est occupée de moi quand j'étais malade, et m'a tout appris tout sur le Cameroun. J'ai écouté l'histoire de sa vie et de ses difficultés, je la faisais rire chaque fois que je le pouvais, et je la prenais dans mes bras et je l'embrassais sur les joues comme sa fille le ferait. Des heures de bavardage et de partage plus tard, j'ai dû retourner au Mali et notre séparation a été émouvante. Nous sommes restées en contact et nos retrouvailles cette année (novembre 2018) ont été pleureuses mais heureuses.

La situation au Cameroun s'est considérablement détériorée au cours des derniers mois. Maintenant il y a un couvre-feu à 18h, donc l'hôtel-restaurant ne va pas très bien. En fait, l'une de nos connaissances a été tuée par balle non loin de l'hôtel-restaurant, il y a deux semaines. Elle doit sortir de là dès que possible. Non seulement ce "boulot" la maltraite depuis des années, mais la région est une poudrière et ce n'est qu'une question de temps avant que des massacres à grande échelle ne se produisent.

L'année dernière, Julius (mon ancien assistant qui connaît très bien Belinda et qui s'est rapproché d'elle quand je suis parti) a pris ses économies pour ouvrir un petit commerce : un café-restaurant près de l'université de Bamenda. Il a payé Belinda pour cuisiner des repas qu'il vendait là-bas - c'est ainsi qu'elle a accumulé 200 euros d'économies. Les choses allaient bien avant que la crise politique ne s'aggrave, mais maintenant le café est fermé. Entre-temps, Julius a déménagé à Douala avec son frère. Il souhaite maintenant déménager le café-restaurant à Douala, et a demandé à Belinda de prendre en charge la cuisine ! Il a déjà le capital physique : chaises, tables, assiettes et couverts etc... Et c'est facile de déplacer tout ça de Bamenda à Douala. Il est actuellement à la recherche d'un emplacement idéal pour l'entreprise. Belinda est prête et très excitée par cette opportunité.... alors faisons en sorte qu'elle se réalise !

J'essaie donc de récolter 1000€ pour elle. Avec cet argent, nous achèterons le capital pour stocker une cuisine fonctionnelle : réfrigérateur, congélateur, four, ustensiles, casseroles, etc... Tout ceci lui appartiendra. Une fois l'emplacement trouvé, nous devrons également dépenser de l'argent pour un tableau d'affichage et des menus. Cet argent n'est qu'un petit coup de pouce, pour les aider à démarrer en ville. Julius est un investisseur intelligent et un homme d'affaires orienté vers le service à la clientèle. Belinda est une cuisinière fantastique et une travailleuse acharnée. La combinaison ne peut être plus parfaite !

Je lui enverrai l'argent pour qu'elle déménage à Douala personellement. Ce crowdfunding est strictement pour les affaires. De plus, Julius est conscient que cet argent ne leur parviendra qu'une fois que l'endroit aura été trouvé et que la paperasse aura été signée. Je suis responsable de ce financement et de ce qui sera acheté, et je promets des mises à jour et des photos du développement :) 

Merci à tous ceux qui contribuent, peu importe le montant. Cela fera une grande différence dans la vie de Belinda et ce serait le meilleur cadeau de Noël pour moi. 

Jennifer xx 

35430106_1545143501141853_r.jpeg(Belinda dans sa cuisine exterieur à Bamenda)

35430106_1545143928248426_r.jpeg(Julius' café in Bamenda)




*** ENGLISH***

Belinda is basically my second mother. 

We met in March 2017 when I moved to Bamenda (Northwest Cameroon) for 4 months to conduct research. Belinda works at the hotel-restaurant where my colleagues and I stayed. She is a literate 30-something-year old widow with two kids: a teenage son schooling in Douala, and a daughter living with her sister in Bamenda. At the hotel-restaurant she is the woman of all trades: cooking, serving, cleaning, dishes, laundry, and so on. She works there 24/7 and sleeps there too, so she is the first awake and the last asleep. For the last 6 years, she has received no salary but the “profits” they make from food sales, which fluctuates highly. She says that on the best months she can make 25 000 CFA (38 euros). Unfortunately, the money-hungry manager often digs into those food sales to pay for other bills. Belinda’s savings were stolen twice, and we highly suspect (read: know) that it was done by the manager’s family members who always “hang around” and treat Belinda like their maid. Once it was 130 000 CFA (nearly 200 euros) and more recently the 40 000 CFA (60 euros) she had reserved to pay for her son’s schooling.

I have witnessed all of this: the work load, the bad treatment, the injustice.
To me, this is simply modern slavery.

Yet, Belinda has been nothing but a source of joy to me, and me to her. When I arrived, she seemed really bitter and angry, but I kept poking fun at her and being silly, sitting in her kitchen and distracting her, and once we started laughing… we never stopped! We spent most of our time together when I came back from the field. She nourished me morning and night, took care of me when I was ill, and taught me everything to know about Cameroon and Pidgin English. I listened to her life story and her hardships, I made her laugh whenever I could, and I took her in my arms and kissed her cheeks like a daughter would. Hours of chatting and sharing later, I had to go to Mali and our separation was emotional. We stayed in contact and our reunion this year (November 2018) was tearful but happy.

The situation in Cameroon has greatly deteriorated in the last months. Now there is a curfew at 6pm, so the hotel-restaurant is really not doing well. It is also getting increasingly insecure… in fact one of our acquaintances was shot dead not too far from the hotel-restaurant two weeks ago. She needs to get out of there ASAP. Not only this “job” has been abusing her for years, but the region is a powder keg and it’s only a matter of time before massacres ensue on a large-scale.

Last year, Julius (my former assistant who knows Belinda very well and got closer to her when I left) took his savings to open a small business: a café-restaurant close to the university of Bamenda. He paid Belinda to make some food that he would sell there – that is how she accumulated 200 euros of savings. Things were going smoothly before the political crisis worsened, but now the café is closed. In the meantime, Julius has moved to Douala with his brother. He now wishes to bring the café-restaurant to the city, and has asked Belinda to work the kitchen! He already has the physical capital: chairs, tables, plates & cutlery etc… And that’s easy to move from Bamenda to Douala. He is currently looking for an ideal location for the business. Belinda is ready for and very excited by this opportunity… so let’s make it happen!

Therefore, I am trying to gather 1000€ for her. With that money, we would buy the capital to stock a functional kitchen: fridge, freezer, oven, utensils, pots and pans, etc... All of this will be hers. Once a location is found, we will also need to spend money on a name board and menus. This money is just to give a little push, to help them get started. Julius is a smart investor and a customer-oriented businessman. Belinda is a fantastic cook and such a hard worker. The combination cannot be any more perfect!

I will send her the money to move to Douala personally. This crowdfunding is strictly for the business. Additionally, Julius is aware that this money will only reach them once the location has been found and some paper has been signed. I am accountable for this funding and what will be bought, and I promise updates and pictures of the development :)

Thank you to everyone who contributes, regardless of the amount. It will make a big difference in Belinda’s life and it would be the best Christmas gift to me.

Jennifer xx 

35430106_1545143469627566_r.jpeg<3 

35430106_1545143589870666_r.jpeg(Forcing Belinda to leave the kitchen and enjoy some fun times)

35430106_1545143657606057_r.jpeg(Saying goodbye in 2017)

35430106_1545952669225294_r.jpeg

+ Read More

€980 of €1,000 goal

Raised by 27 people in 29 days
Your share could be bringing in donations. Sign in to track your impact.
   Connect
We will never post without your permission.
In the future, we'll let you know if your sharing brings in any donations.
We weren't able to connect your Facebook account. Please try again later.
€20
Anonymous
1 day ago
KS
€30
Katharina Stanzel
1 day ago
€10
Jeremy Maurer
1 day ago
SN
€20
Suzie Nadeau.
1 day ago
€35
Anonymous
11 days ago
MR
€30
Marion Reichenbach
19 days ago
€35
Anonymous
20 days ago
€10
Anonymous
23 days ago
DP
€30
Dominic Provost
23 days ago
SM
€30
Sandra Meding
25 days ago
or
Use My Email Address
By continuing, you agree with the GoFundMe
terms and privacy policy
There's an issue with this Campaign Organizer's account. Our team has contacted them with the solution! Please ask them to sign in to GoFundMe and check their account. Return to Campaign

Are you ready for the next step?
Even a €5 donation can help!
Donate Now Not now
Connect on Facebook to keep track of how many donations your share brings.
We will never post on Facebook without your permission.