Music For Water, Music For Life

English version below

À PROPOS (pour toute l'histoire, cliquez "Lire la suite" en dessous)

Au regard de l’importance de l’eau dans le quotidien de tout un chacun, ainsi qu’aux messages de détresse des villages guinéens, nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure, afin d’éviter au pays de s’exposer à des risques environnementaux plus graves. Notre mission : fournir de l’eau potable ainsi que des forages fonctionnels à cette population, ravagée par la sécheresse, la maladie et la précarité. Quatre forages ont déjà été construits depuis 2016 (Siguiri Aéroport plateau, Danka, Niandan Koura et Bambala). Aujourd’hui, les appels sont nombreux. Des centaines de villages font circuler des pétitions afin d’interpeler les politiques. 

35126738_15455893680_r.jpeg
Depuis son indépendance, le village de Kolemboma, est transparent, aucune action n’a été entreprise de la part du gouvernement. Ce village, qui compte 3.700 habitants a tout simplement été oublié. Depuis le régime, seulement une pompe – qui est actuellement hors service - a été installée. Sensible à cette situation, nous avons décidé de continuer notre mission en commençant par ce village. 

QUI SOMMES-NOUS ?

35126738_15455892380_r.jpeg

Échanges, mélanges interculturels, soutiens aux jeunes artistes, toutes ces caractéristiques sont représentatives de l’asbl Namun Group. Créée en 1996 par N’Faly Kouyaté sous le nom de Namunkanda, elle se présente comme la trace de la culture africaine en Europe.

A travers la musique, la danse, l’apprentissage de la culture mandingue ou encore le développement de plateformes web, l’asbl permet la transmission du savoir-faire des anciens à toute une génération. 

(pour regarder la vidéo, cliquez sur la photo "Chacun peut un peu")


En 2009, Sandra Werner embraye l’aventure au côté de N’Faly Kouyaté en apportant un regard neuf et une expérience multidisciplinaire.

En 2017, Sandra Werner a créé en Guinée la fondation N’Faly Kouyaté « Folothesource ». Cette initiative a pour objectif de récolter des fonds au travers de multiples activités (concerts, événements, etc.), afin de construire des puits à travers l’entièreté du pays ainsi que dans les pays voisins. La philosophie repose sur une seule phrase : « chacun peut un peu ! ».

L’union de ces deux entités est le résultat de ce projet porté avant tout sur la revalorisation de la culture guinéenne à l’intérieur comme à l’extérieur.

35126738_15455894100_r.jpeg

LES ÉTAPES DE L’INSTALLATION D’UN FORAGE

Le forage se différencie d’un puits par sa profondeur. La région de Siguiri est géologiquement différente des autres régions. La présence de formation argileuse rend le sol difficile à creuser par endroit, ce qui demande des machines puissantes et compétentes. La technique du tubage permet de soutenir le forage de ces formations instables. Sur ces sols, il faut aller en profondeur, avec un minimum de 30 mètres, afin de trouver de l’eau de qualité. Il faut creuser au-delà des nappes phréatiques afin d’atteindre les nappes dites « captives ». Ces dernières étant naturellement protégées des bactéries, des virus et des contaminations souterraines.  

35126738_15455895290_r.jpeg

Lorsque les hommes de mains commencent le travail de forage, ils sont confrontés à un sol présentant différentes formations géologiques, en commençant par la cuirasse ferrugineuse. Après avoir passé les graviers (8-20m), l’argile humide (20-40m) et l’argile mouillée (40-45m), ils atteignent enfin le schiste noir compact mélangés de quartz situé sur la nappe captive. La difficulté de ces travaux repose sur l’endurance du travail fournis. Les hommes ne peuvent pas stopper le creusement du trou, par risque de perdre le forage. La dernière phase, appelée « soufflage », permet d’estimer la quantité d’eau dans le forage.
 
(pour regarder la vidéo, cliquez sur la photo "Chacun peut un peu")


LES PROTAGONISTES

N’FALY KOUYATÉ, président de l’ASBL Namun Group« Je profite de la modernité pour remorquer la tradition »

Deux fois nominé aux Grammy Awards aux USA, disque d’Or, détenteur du Guinée Music Awards et Talents de Guinée, nominé aux Octaves de la musique en Belgique et surnommé le Jimi Hendrix de la kora, N’Faly Kouyaté compte parmi les grands artistes d’Afrique de l’Ouest.

Adepte de la diversité aussi bien musicale que culturelle, il est issu de la plus célèbre famille de griots du Mandingue, région d’Afrique de l’Ouest englobant la Guinée, le Mali, la Gambie, le Sénégal et le Burkina Faso. En fusionnant le mandingue traditionnel et les sons occidentaux modernes, N’Faly Kouyaté révolutionne la musique ethnique et transgresse toutes les frontières. Grâce au label de Peter Gabriel Real World, N’Faly Kouyaté devient membre du groupe de techno world « Afro Celt Sound System » et se produit sur les scènes du monde entier (Cambridge, Central Park, WOMAD Australie, Singapour, Afrique du Sud). Au-delà de sa carrière artistique, N’Faly Kouyaté ne cesse de réaliser des projets humanitaires à travers son pays.  

35126738_15455896250_r.jpeg

SANDRA WERNER, vice-présidente de l’ASBL Namun Group

Réalisatrice, Web-designer, Journaliste, Manager de N’Faly Kouyaté, Sandra Werner incarne la figure même de la femme entrepreneuse avec une âme d'artiste. En 1998, elle crée sa propre entreprise d’informatique et de multimédia, « Vision-S ». Cette dernière lui permettra d’obtenir le titre « d’entrepreneuse de l’année ». Quelques années plus tard, elle reprend des études de journalisme. 

Durant ses années universitaires, elle se rend en Guinée pour y construire une radio privée (Radio Milo FM à Kankan) et réaliser son projet de fin d’étude traitant de l’excision des femmes en Guinée. De retour en Europe, elle fait la rencontre de N’Faly Kouyaté. En rassemblant toutes ses connaissances, Sandra Werner mène aujourd’hui des projets d’envergures afin de venir en aide à la population guinéenne. 

35126738_15455894610_r.jpeg

L’HISTOIRE

 « Rien sur cette terre n’est plus flexible et élastique que l’eau. Pourtant lorsqu’elle s’attaque à ce qui est solide et ferme, nul ne peut lui résister car il n’existe aucun moyen de la transformer. C’est pourquoi le flexible l’emporte sur l’inflexible, l’élastique l’emporte sur la force.
Chacun sait cela, mais personne ne peut faire autant. »                                                                               
Lao Tseu, sage chinois

L’Afrique c’est 17 grands fleuves, 160 lacs et des ressources en eau renouvelables estimées à plus de 5 400 milliards de m3 par an.  Et pourtant, seuls 4% de ce potentiel est exploité à des fins courantes (eau potable, agriculture, énergie, etc.). En clair, plus de 300 millions de personnes sont privés d’un accès à l’eau potable, soit 40% des personnes dans le monde. Ce continent, dit « des paradoxes en matière d’eau », où la croissance démographique se positionne comme étant la plus forte au monde et où la sécheresse, les précipitations et les inondations se suivent et s’alternent, a besoin d’une plus grande coopération afin de protéger et d’améliorer leur ressource en eau brute. 

La Guinée, terre de l'eau

Partons à la découverte d’un pays clé d’Afrique de l’Ouest : la Guinée. Ce dernier, surnommé « le château d’eau d’Afrique » réunit le plus grand nombre de cours d’eau servant de sources à de nombreux fleuves tels que le Niger, le Gambie et le Bafing. Et pourtant, ce pays souffre de sécheresse, d’assainissement et d’un manque d’infrastructures pour protéger ces ressources en eau brute. Les puits sont rares et les châteaux d’eau sont à des kilomètres des villages. Les femmes doivent se lever chaque matin à 4 heures, parcourir des kilomètres pieds nus jusqu’au premier puits, afin de rapporter l’eau au village. Les enfants souffrent de maladies hydriques dues à la qualité de l’eau engendrant une hygiène de vie impure. L’installation de notre premier forage a permis à la population des villages limitrophes de croire à un renouveau. 

Music 4 Water

N’Faly Kouyaté est sensible à cette problématique depuis bien plus longtemps. En 1998, il installe l’électricité dans le foyer de la famille Konkoba. Un an après, il y installe un robinet. Très rapidement, et notamment après l’accident de sa maman, il fait la promesse d’apporter l’eau dans sa famille, à Siguiri, afin d’abréger le fardeau insoutenable du chemin vers cette source vitale. Et c’est avec l’aide de Sandra Werner qu’ils vont mettre sur pied ce projet.

L’idée principale de leur démarche se résume en une phrase : MUSIC 4 WATER.

35126738_15455897340_r.jpeg
La culture africaine est très riche. A travers le langage universel que représente la musique, N’Faly Kouyaté et Sandra Werner veulent récolter les fonds nécessaires pour construire le maximum de forages à travers le pays.




Budget projet des forages pour crowdfunding

500€ frais administratifs
3.258€ (3 personnes x 1086€ Brussels Airlines vol BRU - CKY pour 1 personne)
3.150€ (3 personnes - logements pour 50€ par nuitée pour 21 jours)
630€ (3 personnes per diem à 10€ pour 21 jours)
Construction du forage

6.000€ Acti Forage
300€ mise en place de l’infrastructure et organisation d’un comité de gestion de forage
500€ formation de la population et des cellules sur place pour l’entretien du forage



TOTAL d’un forage: 14.338€

TOTAL deux forages: 21.138€ (14.338€ + frais construction 6.800€)

TOTAL trois forages: 27.938€ (21.138€ + frais construction 6.800€)


Forfait de 2000€ pour 
- location d’une voiture à raison de 100€ par jour
- plus vaccinations
- plus visa
- frais imprévus

_____________




ABOUT

Given the importance of water in the daily lives of everyone, as well as the distress messages of the Guinean villages, we decided to embark on this adventure, to avoid the country to expose itself to more serious environmental risks. Our mission: provide clean drinking water and drillings for this population, ravaged by drought, disease and precariousness. Four drillings have already been built since 2016 (Siguiri Airport plateau, Danka, Niandan Koura and Bambala). Today, the calls are numerous. Hundreds of villages are circulating petitions to challenge politicians. Since its independence, Kolemboma village, is transparent, no action has been taken by the government. This village, which has 3.700 inhabitants has simply been forgotten. Since the diet, only one pump - which is currently out of order - has been installed. Sensitive to this situation, we decided to continue our mission starting with this village. 


WHO WE ARE ?

Exchanges, intercultural mixtures, support for young artists, all these characteristics are representative of the non-profit association Namun Group. Created in 1996 by N'Faly Kouyaté under the name of Namunkanda, it presents itself as a trace of African culture in Europe. Through music, dance, learning Mandingo culture or the development of web platforms, the association allows the transmission of the savoir-faire of the old to a whole generation. In 2009, Sandra Werner embellishes the adventure alongside N'Faly Kouyaté by bringing a fresh look and a multidisciplinary experience. In 2017, Sandra Werner created  N'Faly Kouyaté Foundation "Folothesource" in Guinea. This initiative aims to raise funds through multiple activities (concerts, events, etc.), to build drillings in the whole country and around, in the neighbor countries. The philosophy is based on a single sentence : "everyone can a little! ". The union of these two entities is the result of this project focused primarily on the revaluation of Guinean culture both inside and outside.


STEPS TO BUILD A DRILLING

The drilling differs from a well by its depth. The region of Siguiri is geologically different from other regions. The presence of clay formation makes the ground difficult to dig in places, which requires powerful and competent machines. The tubing technique is used to support the drilling of these unstable formations. On these grounds, it is necessary to go deep, with a minimum of 30 meters, to find quality water. It is necessary to dig beyond the phreatic tables to reach the « captives » tables. The latter are naturally protected from bacteria, viruses and underground contamination.

When henchmen start drilling, they face a ground with different geological formations, starting with the ferruginous breastplate. After past the gravels (8-20m), the moist clays (20-40m) and the wet clays (40-45m), they finally reach the compact black shale mixed quartz located on the captive table. The difficulty of this work rests on the endurance of the work provided. Men can not stop the digging of the hole, risk of losing the drilling. The last phase, called « blowing », makes it possible to estimate the quantity of water in the drilling. 


THE PROTAGONISTS

N’FALY KOUYATÉ, president of the ASBL Namun Group

« I take advantage of modernity to tow the tradition »

Two times nominated at the Grammy Awards in the USA, Golden Record, holder of the Guinea Music Awards and Talents of Guinea, nominated at the Octaves of Music in Belgium and nicknamed Jimi Hendrix of the kora, N'Faly Kouyaté is one of the greatest artists from West Africa.

Member of musical and cultural diversity, he comes from the most famous griot family in Mandingo, a region of West Africa that includes Guinea, Mali, Gambia, Senegal and Burkina Faso. By merging traditional Mandingo and modern occidentals sounds, N'Faly Kouyaté revolutionizes ethnic music and transgresses all borders. Thanks to Peter Gabriel Real World label, N'Faly Kouyaté becomes a member of the techno world band « Afro Celt Sound System » and performs on stages around the world (Cambridge, Central Park, WOMAD Australia, Singapore, South Africa). Beyond his artistic career, N'Faly Kouyaté continues to carry out humanitarian projects through his country.  


SANDRA WERNER, vice-president of the ASBL NAMUN Group

Director, Webdesigner, journalist, musician and manager of N'Faly Kouyaté, Sandra Werner embodies the very figure of the entrepreneurial woman. In 1998, she created her own IT and multimedia company, « Vision-S ». This company will enable her to obtain the title of « entrepreneur of the year ». A few years later, she began studying journalism.

During her university years, she went to Guinea to build a private radio and carry out her project of end of study dealing with the excision of women in Guinea. It’s at the moment that she met N'Faly Kouyaté. Nowadays, by gathering all her knowledges, Sandra Werner leads large-scale projects to help the Guinean population.


THE STORY


« Rien sur cette terre n’est plus flexible et élastique que l’eau. Pourtant lorsqu’elle s’attaque à ce qui est solide et ferme, nul ne peut lui résister car il n’existe aucun moyen de la transformer. C’est pourquoi le flexible l’emporte sur l’inflexible, l’élastique l’emporte sur la force. Chacun sait cela, mais personne ne peut faire autant. »                                                                                         Lao Tseu, sage chinois.


Africa is 17 major rivers, 160 lakes and renewable water resources estimated at more than 5 400 billion m3 per year. And yet, only 4% of this potential is exploited for current purposes (drinking water, agriculture, energy, etc.). Clearly, more than 300 million people are deprived of access to drinking water, which is 40% of people in the world. This continent, called « paradoxes in water » - where demographic growth is positioned as the strongest in the world and where drought, rainfall and floods follow and alternate each other - needs more great cooperation to protect and improve their raw water resources.

Guinea, land of water

Let's explore a key country in West Africa : Guinea. The latter, nicknamed « the water tower of Africa » brings together the largest number of rivers serving as sources for many rivers such as Niger, Gambia and Bafing. And yet, this country suffers from drought, sanitation and a lack of infrastructure to protect these raw water resources. Wells are rare and the water towers are kilometers from the villages. The women have to get up every morning at 4 o'clock, walk barefoot kilometers to the first well, to bring the water back to the village. Children suffer from waterborne diseases due to the quality of the water leading to an impure lifestyle. The installation of our first drilling allowed the population of neighboring villages to believe in a revival.

Music 4 Water

N'Faly Kouyaté has been sensitive to this issue since much longer. In 1998, he installs electricity in the home of the Konkoba family. A year later, he installs a faucet. Very quickly, and especially after the accident of his mother, he made the promise to bring water in his family, shorten the unsustainable burden of the path to this vital source. And it is with the help of Sandra Werner that they will set up this project. The main idea of their approach is summed up in one sentence : a concert, a drilling. African culture is very rich. Through the universal language represented by music, N'Faly Kouyaté and Sandra Werner want to raise the funds needed to build the maximum number of drillings across the country and outside.

Donations (0)

  • Marouen Chabbouh 
    • €50 
    • 6 mos
  • Dominique Porret 
    • €30 
    • 6 mos
  • Ann Perquy 
    • €30 
    • 6 mos
  • Danielle Nieto 
    • €10 
    • 6 mos
  • Abdallah AG AMANO 
    • €30 
    • 6 mos

Fundraising team: NAMUN Group (4)

NFaly Kouyate 
Organizer
Raised €245 from 8 donations
Sandra Werner 
Team member
Raised €50 from 2 donations
Anaysse Mbo 
Team member
Driss Baron 
Team member
This team raised €205 from 6 other donations.
  • #1 fundraising platform

    People have raised more money on GoFundMe than anywhere else. Learn more

  • GoFundMe Guarantee

    In the rare case that something isn’t right, we will refund your donation. Learn more

  • Expert advice, 24/7

    Contact us with your questions and we’ll answer, day or night. Learn more