Aider ma soeur atteint de la Sclérose en plaques

$100 goal

Campaign created 3 months ago
Created February 19, 2019
Texte de ma soeur.
Elle écrit ce qu'elle ressens !



"C'est comme si mon corps était piégé, placé dans une cage et de plus en plus limité dans l'enchaînement de ses mouvements.

Si je suis atteint de sclérose en plaques, je suis généralement affecté par de grandes souffrances me faisant voir la vie avec découragement.

Quelque chose ou quelqu'un me paralyse, je me sens coincé.

J'accepte difficilement les contraintes, spécialement celles qui me proviennent de ma famille.

Je deviens très dur avec mes pensées et je me coupe de mes émotions.

J'ai de la difficulté à me pardonner et à pardonner aux autres.
Je peux m'en vouloir d'avoir laissé filer une opportunité.

Je me sens obligé(e) de tout faire moi-même car je suis très perfectionniste et même intransigeant, je refuse de me tromper et j'accepte difficilement de l'aide. La pensée de l'échec me terrorise.

Je crains d'être laissé pour compte, d'être plaqué là. J'ai très peur de l'abandon.

Je peux aussi avoir peur de tomber, autant au sens propre qu'au sens figuré, et craindre que cette chute entraîne la mort. Toutes ces peurs impliquent un déplacement vertical et qui peuvent m'amener à croire que ma vie est en danger peuvent déclencher la sclérose en plaques.

D'une façon symbolique, "tomber en amour" ou "tomber enceinte" devient dangereux pour moi.

La chute peut dont être physique, morale ou symbolique. Je trouve toutes ces situations bouleversantes, renversantes et je suis sidéré.

J'ai peur de tomber de très haut ou "que la mort me tombe dessus."
Je peux aussi me sentir dégradé par quelqu'un d'autre ou j'ai peur de perdre mes grades, une position privilégiée par exemple dans mon travail.

J'ai l'impression de ne plus avoir aucun avenir. J'ai peur du lendemain. Quel que soit mon âge, on ne m'autorise pas à avoir des projet, à grandir, à donner mon avis.

Très souvent, je me juge ou je peux juger les autres très sévèrement, ce qui entraîne un grand sentiment de dépréciation, de dévalorisation et de diminution de ma personne.

Lorsque je me sens diminué, rabaissé, j'ai l'impression que la vie m'écrase et j'ai tendance à ramper au lieu de me tenir droit,
Je peux même m'arrêter, m'immobiliser n'ayant plus la force d'avancer, de me mouvoir.

Ainsi, c'est d'abord par mes jambes que la maladie manifeste ses premiers signes et que je peux avoir l'impression d'être écrasé. Être de moins en moins capable de marcher, de me déplacer, de bouger, peut me donner l'impression que je suis plus en sécurité ainsi.

Le fait de ne plus pouvoir avancer peut m'empêcher de faire face à une situation que je veux éviter à tout prix.

Je prends sur mes épaules de réaliser les désirs de ma mère ou de mon père: je deviens "leurs bras et leurs jambes". Je me sens obligé de répondre à leurs attentes. Mais je me rends vite compte que je suis impuissant à jouer ce rôle. J'arrive même à me sentir indigne d'eux.

Alors pour me défendre, je m'oblige à tout contrôler, et à vouloir que tout se passe comme je le veux.

La critique, qui est souvent dirigée vers moi-même, emprisonne ma vie. Je crois que la souffrance fait partie de mon lot de tous les jours et que je ne mérite pas le repos.

Mes efforts pour me dépasser sont constants et, malgré tout, toujours insuffisants.

Mon corps fatigué refuse ainsi de poursuivre cette lutte du plus fort et veut me faire comprendre que je peux aussi avoir besoin des autres et que j'ai à apprendre à faire confiance.

Je résiste au bonheur, je me renie, me dévalorise.

Le fait qu'on m'ait déjà dénigré et abaissé me fait croire que je ne vaux pas grand chose.

Je suis comme un arbre qui plie. Je me sens anéanti.

Je me détruis tellement avec ma pensée que c'est maintenant la maladie qui me détruit.

L'inflammation implique une rage brûlante et très émotionnelle, pouvant affecter toute mon existence. Je peux me questionner : "Est-ce que je souhaite vraiment être libre?"

Je peux inconsciemment, de cette façon, me venger de quelqu'un qui gravite dans mon univers et qui ne m'a pas manifesté assez d'amour!

Cette forme de cage, dans laquelle mon corps se retrouve, me protège peut-être de devoir admettre mes vraies émotions !



En me taisant ainsi, je me sens dans l'obligation d'emprunter certaines routes pour faire plaisir aux autres au lieu d'avancer dans la direction que je veux prendre.

Au lieu d'être dans le mouvement et le changement, je suis dans la stagnation, l'inertie.

Puisque je ne veux plus rien sentir, mes nerfs sensitifs sont atteints. La répression émotionnelle peut me conduire à une incapacité d'aller de l'avant dans mes émotions, entraînant ainsi une confusion musculaire et mentale.

Lorsque je suis atteint de sclérose en plaques, je deviens dépendant des autres. Je deviens comme un enfant qui a besoin de quelqu'un pour s'occuper de ses besoins de base. Je dois m'accrocher aux autres, m'agripper pour ne pas tomber, autant physiquement qu'émotionnellement.

Je dois me demander si mes responsabilités en tant qu'adulte sont trop lourdes à porter.

Je préfère peut-être retourner dans un état de dépendance au lieu de toujours avoir à faire les efforts pour acquérir ou garder ce que je possède.

J'étais tellement bien quand ma mère veillait sur moi... Je la trouvais admirable. Mais je ne verrai plus jamais la douceur de ces yeux... J'ai maintenant l'impression que ma vie est sans cesse agitée, en pleine effervescence.

Mon corps me dit de lâcher prise, de me libérer de mes chaînes. La clé se trouve à l'intérieur de moi.

..........


PS: (L'argent va servir a l'aider a payer ces médicament au prix faramineux, la faire sortir pour lui enlever ces vilaines pensée et lui payer un voyage en Chine ou elle adorerait aller, et j’espère avant qu'elle ne meure, car ma tante est morte de cela, voila pas longtemps) (Meme si je n'atteint pas tout l'objectif, cela est très apprécier pareil, merci)

Merci grandement et profondément a tout vos dons, cela est apprécier au plus haut point !

PS 2 : Une parti des dons va aller à la fondation sclérose en plaques
https://scleroseenplaques.ca/

.......................................................................................................................................................
english version Google translate

She writes what she feels!



"It's as if my body is trapped, placed in a cage and increasingly limited in the sequence of its movements.

If I have multiple sclerosis, I am usually affected by great suffering that makes me see life with discouragement.

Something or someone paralyzes me, I feel stuck.

I have difficulty accepting constraints, especially those that come from my family.

I become very hard with my thoughts and I cut off my emotions.

I have trouble forgiving myself and forgiving others.
I can not help but have missed an opportunity.

I feel obliged to do everything myself because I am very perfectionist and even uncompromising, I refuse to be wrong and I hardly accept help. The thought of failure terrifies me.

I'm afraid of being left behind, to be tackled there. I am very afraid of abandonment.

I can also be afraid of falling, both literally and figuratively, and fear that this fall will lead to death. All of these fears involve vertical displacement and can lead me to believe that my life is in danger can trigger multiple sclerosis.

In a symbolic way, "falling in love" or "getting pregnant" becomes dangerous for me.

The fall can be physical, moral or symbolic. I find all these situations overwhelming, stunning and I'm stunned.

I'm afraid of falling from a very high level or "death is falling on me."
I can also feel degraded by someone else or I am afraid of losing my grades, a privileged position for example in my work.

I feel like I have no future. I'm afraid of tomorrow. Whatever my age, I am not allowed to have projects, to grow, to give my opinion.

Very often, I judge myself or I can judge others very severely, resulting in a great feeling of depreciation, depreciation and diminution of my person.

When I feel diminished, depressed, I feel that life is crushing me and I tend to crawl instead of standing up straight,
I can even stop, immobilize myself no longer having the strength to move forward, to move.

Thus, it is first by my legs that the disease manifests its first signs and that I can have the impression of being crushed. Being less able to walk, move, move, can make me feel safer.

The fact of not being able to advance can prevent me from facing a situation that I want to avoid at all costs.

I take on my shoulders to fulfill the desires of my mother or my father: I become "their arms and their legs". I feel obliged to meet their expectations. But I soon realize that I am powerless to play that role. I can even feel unworthy of them.

So to defend myself, I force myself to control everything, and to want everything to happen as I want.

Criticism, which is often directed at myself, imprisons my life. I believe that suffering is part of my daily lot and that I do not deserve rest.

My efforts to overcome myself are constant and, despite everything, always insufficient.

My tired body refuses to continue this struggle of the strongest and wants me to understand that I can also need others and that I have to learn to trust.

I resist happiness, I renounce myself, devalue myself.

The fact that I have already been denigrated and depressed makes me believe that I am not worth much.

I am like a tree that bends. I feel annihilated.

I destroy myself so much with my thought that it is now the disease that destroys me.

Inflammation involves a burning and highly emotional rage that can affect my whole life. I can question myself: "Do I really want to be free?"

I can unconsciously, in this way, take revenge on someone who gravitates into my world and who has not shown me enough love!

This form of cage, in which my body finds itself, perhaps protects me from having to admit my true emotions!



If I keep quiet, I feel compelled to take some roads to please others instead of moving in the direction I want to go.

Instead of being in motion and change, I am in stagnation, inertia.

Since I do not want to feel anything anymore, my sensory nerves are affected. Emotional suppression can lead to an inability to move forward in my emotions, resulting in muscle and mental confusion.

When I have multiple sclerosis, I become addicted to others. I become like a child who needs someone to take care of his basic needs. I must cling to others, hold on to keep from falling, both physically and emotionally.

I have to wonder if my responsibilities as an adult are too heavy to bear.

I might rather go back into a state of dependence instead of always having to make efforts to acquire or keep what I own.

I was so good when my mother was watching over me ... I thought she was admirable. But I will never see the softness of those eyes again ... I now have the impression that my life is constantly agitated, in full effervescence.

My body tells me to let go, to free myself from my chains. The key is inside me.

..........


PS: (The money will be used to help her pay for this staggering drug, get her out to take away those ugly thoughts and pay her a trip to China or she'd love to go, and I hope before she dies, because my aunt died of this, here is not long) (Even if I do not reach the whole goal, it is very appreciate the same, thank you)

Thank you very much and deeply to all your donations, this is appreciated to the highest degree!

PS 2: A donation party will go to the Multiple Sclerosis Foundation
https://scleroseenplaques.ca/
+ Read More

$100 goal

Campaign created 3 months ago
Created February 19, 2019
Your share could be bringing in donations. Sign in to track your impact.
   Connect
We will never post without your permission.
In the future, we'll let you know if your sharing brings in any donations.
We weren't able to connect your Facebook account. Please try again later.
No donations yet. Help launch this campaign and become the first donor.
or
Use My Email Address
By continuing, you agree with the GoFundMe
terms and privacy policy
There's an issue with this Campaign Organizer's account. Our team has contacted them with the solution! Please ask them to sign in to GoFundMe and check their account. Return to Campaign

Are you ready for the next step?
Even a $5 donation can help!
Donate Now Not now
Connect on Facebook to keep track of how many donations your share brings.
We will never post on Facebook without your permission.